[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 6 de abril de 2017

Comment les taxis ont réagi à l'offensive d'Uber



ECONOMIE  »  Entreprises

Par
VIDÉO - Depuis janvier, l'activité des taxis repart à la hausse après des années difficiles, consécutives à l'implantation d'Uber puis l'éclosion d'autres sociétés de VTC. Cette concurrence inattendue a bousculé une profession plutôt conservatrice dans ses relations avec ses clients et devant l'évolution des technologies.

L’arrivée de la start-up Uber en France en 2012 a déstabilisé le monde des táxis, en particulier à Paris.
Crédits photo: DR
L'arrivée de la start-up Uber en France en 2012 a déstabilisé le monde des taxis, en particulier à Paris.


Le choc a été rude. L'arrivée de la start-up Uber en France en 2012 a déstabilisé le monde des taxis, en particulier à Paris. Une vraie révolution: le taxi est tout à coup apparu comme «ringard» alors que dans le sillage d'Uber d'autres entreprises de VTC s'installaient aussi sur le marché. Finalement, cette concurrence inattendue aura été un aiguillon pour une profession qui n'était pas toujours attentive à la qualité du service client. Les deux grandes centrales de réservation G7 et Taxis bleus ont fini par passer à la contre-attaque et par adopter à la fois les mêmes technologies et les mêmes standards de qualité de leurs nouveaux concurrents. Cet effort commence à porter ses fruits puisque l'année 2017 a débuté sur une reprise de la croissance des courses. 

Première réponse des taxis, la montée en gamme des chauffeurs. «Six mille d'entre eux ont décidé de porter un costume», détaille Nicolas Rousselet, PDG du groupe Rousselet qui coiffe les taxis G7 et les Taxis bleus à Paris. La deuxième amélioration a porté sur les tarifs. S'ils restent réglementés, il a été possible de mettre en place le plafonnement des approches (4 euros maximum au compteur quand on réserve votre taxi). L'instauration d'un prix forfaitaire entre Paris et ses deux aéroports a aussi permis d'en finir avec les mauvaises surprises tarifaires qui pouvaient altérer l'image de la profession.

Refus de la carte bancaire

(...)

Sem comentários: