[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 25 de maio de 2017

La lutte contre le changement climatique est bonne pour la croissance, selon l’OCDE

Économie


 
Une panoplie de mesures bien calibrées en faveur de la transition énergétique devrait permettre au PIB des pays du G20 de progresser de 2,8 % à 5 % d’ici à 2050, selon l’institution.

 
LE MONDE ECONOMIE

Voilà un rapport qui tombe à point nommé, à quelques jours du sommet du G7 à Taormine (Sicile), vendredi 26 et samedi 27 mai, où la question du changement climatique promet d’être âprement débattue. Investir en faveur de la transition énergétique devrait bénéficier à la croissance : tel est le credo développé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport de plus de 300 pages adressé mardi aux pays du G20.

« Loin d’être un frein, l’intégration de l’action climatique à la politique en faveur de la croissance peut avoir un effet économique positif », a insisté le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, en présentant le rapport. Une panoplie de mesures bien calibrées devrait ainsi permettre d’accroître de 2,8 % le produit intérieur brut (PIB) des pays du groupe des 20 d’ici à 2050. L’augmentation nette pourrait même approcher les 5 % en tenant compte de l’élimination de certains effets néfastes du réchauffement, tels que les dommages causés par la multiplication d’épisodes climatiques extrêmes.

 « Passer à l’action maintenant »

« Le problème est si urgent que nous devons passer à l’action maintenant », a encore exhorté M. Gurria. Une allusion à peine voilée aux tergiversations de la nouvelle administration américaine autour de l’accord de Paris, adopté fin 2015 pour juguler le réchauffement (celui-ci prévoit de contenir la hausse des températures « bien au-dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels »). Un processus dont Donald Trump, président du deuxième pays émetteur mondial de gaz à effet de serre, a menacé de se retirer tout en promettant de « mettre fin à la guerre contre le charbon ». Le sujet figure tout en haut de l’agenda du sommet du G7, au cours duquel les partenaires des Etats-Unis espèrent obtenir des éclaircissements.

Dans son rapport, l’OCDE insiste sur le coût qu’engendrerait tout retard dans la mise en œuvre des objectifs de l’accord de Paris. Une action trop tardive se conclurait in fine par la nécessité d’un ajustement plus radical, au risque de perturbations économiques et environnementales profondes. Des infrastructures liées aux énergies fossiles ou à forte teneur en carbone deviendraient brusquement obsolètes, souffrant d’importantes dépréciations.

(...)

Sem comentários: