[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quarta-feira, 31 de maio de 2017

L’aspirine peut-elle protéger du cancer ?


Par  Delphine Chayet
La prise de faibles doses semble associée à un risque moindre de développer certaines tumeurs.

Aux États-Unis, l’aspirine a été inscrite pour la première fois, en 2016, dans une stratégie de prévention du cancer colorectal.
145563204/HQUALITY - Fotolia

Les scientifiques soupçonnent depuis de nombreuses années que les effets bénéfiques de l’aspirine ne se limitent pas à soulager la fièvre et les maux de tête. L’hypothèse d’une action protectrice contre le cancer, déjà suggérée par des données encourageantes sur le colon et le poumon, est aujourd’hui renforcée par la publication d’une étude sur le cancer du sein. Publiée par la revue Breast Cancer Research , elle met en évidence une réduction du risque chez les femmes qui consomment régulièrement de l’aspirine à faible dose. Les scientifiques cherchent à comprendre le mode d’action de ce médicament, dans l’espoir de pouvoir le proposer, à terme, à titre préventif.
«La prescription au long cours de
faibles quantités d’aspirine à des
patients à risque cardiovasculaire
est plus fréquente aux États-Unis
qu’en France»
Dr May Mabro, oncologue médical à l’hôpital Foch de Suresnes
Dans l’étude parue en avril, ce sont plus de 57.000 enseignantes qui ont été suivies pendant vingt ans par l’institut de recherche californien City of Hope. Elles ont été interrogées une première fois en 1995 sur leurs antécédents familiaux, leurs modes de vie, leur statut hormonal, leurs poids et taille, facteurs qui peuvent influencer l’apparition d’un cancer du sein. Leur consommation d’aspirine et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) a aussi été passée au crible.
 
(...)

Sem comentários: