[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

segunda-feira, 19 de junho de 2017

Bisphénol A: l’Europe y voit une «substance extrêmement préoccupante»



Par  Marc Cherki
 

Bisphénol A : l’Europe y voit une «substance extrêmement préoccupante»
L’Agence européenne en charge des produits chimiques a suivi, à l’unanimité, la demande de la France qui a interdit la molécule des emballages alimentaires depuis le 1er janvier 2015.

Le bisphénol A se trouve à l’intérieur d’emballages alimentaires comme des boîtes de conserve ou des contenants en plastique rigide.
B. BOISSONNET / BSIP/B. BOISSONNET / BSIP
 
Avec détermination, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) poursuit sa bataille pour interdire, en Europe, le bisphénol A, qui se trouve à l’intérieur d’emballages alimentaires comme des boîtes de conserve ou des contenants en plastique rigide. En France, l’interdiction d’usage de ce perturbateur endocrinien est en vigueur depuis le 1er janvier 2015 pour toutes les boîtes alimentaires. Sur le Vieux Continent, la prise de conscience du danger de cette molécule, déjà considérée comme «toxique pour la reproduction», a franchi une nouvelle étape. 

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a salué, en fin de semaine dernière, le processus engagé par la France qui devrait permettre de «protéger plus efficacement l’environnement, les travailleurs et la population». Vendredi dernier, l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) avait annoncé que, du fait de son rôle de «perturbateur endocrinien», la molécule devrait être considérée comme une «substance extrêmement préoccupante pour la santé» («substance of very high concern»). La France, via l’Anses, avait déposé un dossier en ce sens, en février 2017, auprès de l’Echa. Puis, mercredi 15 juin, lors de la revue des différentes molécules susceptibles d’être dangereuses pour la santé humaine ou l’environnement, le comité des pays membres de l’Union européenne s’est prononcé à l’unanimité en faveur de la demande française, à l’exception de la Finlande et de la Grande-Bretagne, qui se sont abstenues lors du vote.

(...)

Sem comentários: