[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

segunda-feira, 7 de agosto de 2017

Aluminium dans les déodorants: une étude relance le débat

 
Par  Guillaume Poingt
 
Une étude autrichienne accuse l’aluminium, présents dans certains anti-transpirants, de favoriser le développement du cancer du sein. Une conclusion loin de faire consensus parmi la communauté scientifique.



Une récente étude autrichienne - publiée en juin 2017 dans la revue EBioMedicine - vient relancer un véritable «serpent de mer»: le débat sur les dangers pour la santé des sels d’aluminium présents dans certains anti-transpirants. Les chercheurs de l’université d’Innsbruck ont comparé 209 femmes souffrant d’un cancer du sein et 209 femmes en bonne santé. Selon eux, l’utilisation d’un anti-transpirant contenant de l’aluminium - plusieurs fois par jour - sur des aisselles rasées et depuis un âge inférieur à 30 ans, doublerait le risque de cancer du sein. «Quand on rase les aisselles, cela provoque des lésions sur la peau et l’aluminium peut pénétrer plus facilement», analyse Romain Gherardi, professeur de médecine à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, neuropathologiste et auteur de l’ouvrage «Toxic Story». 

En 2016, une étude suisse avait fait grand bruit en établissant un lien entre les sels d’aluminium présents dans les anti-transpirants et le développement du cancer du sein. Deux chercheurs, le professeur André-Pascal Sappino et le docteur Stefano Mandriota, avaient mis en contact des cellules mammaires de souris avec des sels d’aluminium. Quelques mois plus tard, ces cellules avaient été injectées à des souris. «Chez toutes, on a constaté le développement de tumeurs à des degrés divers, mais parfois très agressives, formant des métastases», expliquaient alors les deux chercheurs. Même si leurs conclusions étaient basées sur un modèle animal, les deux scientifiques invoquaient le principe de précaution pour l’homme. 

Pas de «risque cancérogène» pour l’ANSM

(...)

Sem comentários: