[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

sexta-feira, 18 de agosto de 2017

Cancer: le danger des médecines alternatives

 Par  Damien Mascret 


Refuser le traitement conventionnel quintuple, par exemple, le risque de mourir d’un cancer du sein.
 
Une jeune femme traitée par chimiothérapie pendant une consultation médicale.
BURGER/PHANIE/phanie
 
 
Peu de médecins s’opposent aux approches telles que la sophrologie, la méditation ou le qi gong lorsqu’elles viennent en complément des traitements éprouvés du cancer. Mais quand ces techniques prétendent remplacer la médecine conventionnelle, le ton se durcit. «De l’homéopathie capable de guérir le cancer, cela n’existe pas!» rappelait le Pr Simon Schraub, il y a cinq ans dans le bulletin de l’ordre des médecins. Certains malades ne se contentent pas d’avis d’experts et en demandent davantage.
C’est tout l’intérêt de l’étude que viennent de publier des chercheurs de l’université de Yale dans le Journal of the National Cancer Institute. Ils ont donc observé grâce à une base de données nationale américaine le devenir de malades atteints de cancers fréquents (sein, poumon, prostate ou colorectal) et ayant opté pour un traitement alternatif à celui proposé par les médecins. Dans trois cancers sur quatre (prostate exceptée) la mortalité a plus que doublé. «Nous avons fait cette étude parce que nous voyons des patients avec des cancers à des stades avancés après qu’ils ont essayé des médecines alternatives au moment où leur cancer était à un stade plus curable», 
explique au Figaro le Pr Skyler Johnson.

(...)

Sem comentários: