[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

sexta-feira, 4 de agosto de 2017

Comment les touristes britanniques se font rembourser leurs vacances


ECONOMIE  »  Consommation

Par

A Tenerife, dans l’archipel des Canaries, des profissionnels font des réclamations d’indemnisation un véritable business.
Crédits photo: DESIREE MARTIN/AFP
A Tenerife, dans l'archipel des Canaries, des professionnels font des réclamations d'indemnisation un véritable business.

Depuis plusieurs années, c'est la parade des touristes britanniques pour réclamer le remboursement leur séjour en Espagne: feindre une maladie gastrique. Le phénomène est devenu une véritable épidémie. Si la saison 2016-2017 n'est pas encore achevée, plus de 10.000 plaintes ont déjà été déposées, dont 90% seraient fausses, contre 600 en 2015-2016, indique le président de la fédération hôtelière CEHAT, Ramon Estalella, à l'AFP. Contactée par Le Figaro, l'HOSBEC, l'association des hôteliers de Benidorm, estime qu'entre 1000 et 1500 plaintes sont déposées chaque année, sur la période estivale. Le chiffre reste cependant difficile à vérifier puisque les données parviennent au compte-gouttes. Sur l'île de Majorque, il s'est accru de 700% depuis 2015, affirme un professionnel interrogé par El Diario, la semaine dernière. 

Dans le détail, les plaintes concernent des séjours tout compris, combinant le transport et la pension complète, vendus par des tours opérateurs britanniques. Les Britanniques bénéficient en effet d'une loi de défense des consommateurs très avantageuse, leur permettant de réclamer le remboursement de leur séjour plus facilement. «Dans le système anglo-saxon, on va dans le sens du plaignant», abondait Gérard Bocage, expert dans la gestion du risque et assurance au sein du cabinet Liger assurances tourisme, au Figaro, l'an dernier. Contrairement au droit français, le droit outre-Manche permet au plaignant de ne pas avoir à fournir des preuves de la culpabilité de l'établissement. 

(...)

Sem comentários: