[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 31 de agosto de 2017

Tabac: le paquet de cigarettes pourrait augmenter d'un euro par an

"Le Figaro"
Par 
Publié
Dans le cadre de la politique de lutte contre le tabagisme, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, souhaite arriver à un paquet de cigarettes à dix euros dans trois ans. Pour éviter le développement du marché parallèle, la ministre a notamment plaidé pour une harmonisation européenne.

C'est indéniablement un sujet de discorde. Interrogée ce jeudi sur la chaîne CNews, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a expliqué qu'elle était favorable à une augmentation du prix du paquet de cigarettes d'un euro par an. L'objectif est d'arriver à un paquet à 10 euros d'ici 2020.

Pour rendre cette mesure efficace, la ministre souhaite en effet une augmentation rapide et conséquente des prix du tabac. «Ce qui compte pour que les gens arrêtent de fumer, c'est que les hausses soient importantes», a-t-elle insisté. Car selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), augmenter le prix du paquet pour faire baisser le nombre d'acheteurs est «la méthode la plus efficace pour endiguer la propagation de la consommation du tabac». En général, les jeunes seraient particulièrement sensibles à une variation de prix: un argument de poids pour la ministre de la Santé, dont l'objectif est de parvenir à la première «génération sans tabac». Néanmoins, Agnès Buzyn veut éviter que les Français se sentent pris de court: «Nous n'allons pas le faire d'un coup car je veux que les Français aient le temps de se préparer à arrêter» de fumer, a-t-elle assuré. 

Ainsi, chaque paquet de cigarettes coûtera-t-il un euro supplémentaire dès le premier janvier 2018? Contacté par Le Figaro, le ministère des Solidarités et de la Santé n'a pas pu apporter davantage de précisions, expliquant que les arbitrages étaient encore en cours, mais qu'une officialisation aurait lieu dans les semaines à venir.

Vers une harmonisation au niveau européen?

Exaspérés par les augmentations de prix successives sans concertation avec les pays voisins, les buralistes français n'ont cessé de dénoncer cette mesure. En juillet dernier, ils ont mené une vaste opération coup de poing, bâchant ainsi des centaines de radars dans toute la France. Car pour les buralistes, l'augmentation du prix de cigarettes est surtout synonyme de hausse de la contrebande. Dans les régions frontalières, ils craignent notamment que les fumeurs préfèrent acheter leurs cigarettes chez leurs homologues espagnols, allemands ou belges. 

L'an passé encore, plus d'une cigarette sur quatre fumées en France a été achetée en dehors du réseau officiel des débitants, selon le rapport Project Sun du cabinet KPMG. Sur les 60,77 milliards de cigarettes fumées dans l'Hexagone (en recul de 1 % sur un an), seules 44,31 milliards (soit 72,9 %) sont passées dans une civette tricolore. «L'ampleur du marché parallèle et son maintien à un niveau inquiétant témoignent de la nécessité d'une approche plus globale, assurait début juillet un porte-parole de Philip Morris France, commanditaire de l'étude, avec British American Tobacco et Impérial Brands. Cela doit reposer sur le renforcement des moyens opérationnels à la disposition des autorités répressives». Dans un contexte où la France présente les prix de vente des cigarettes parmi les plus élevés d'Europe, les industriels craignent que cette nouvelle mesure fiscale vienne accroître davantage les écarts de prix, et donc accélérer le développement du marché parallèle. 

Afin d'apaiser les tensions, Agnès Buzyn a évoqué ce jeudi «un plan global» pour «aider les buralistes et éviter la fraude». «Si nous ne faisons pas un plan global», la hausse du paquet de cigarettes «ne servira à rien», a-t-elle mis en garde. Elle a notamment plaidé pour «une harmonisation des prix» des cigarettes au niveau européen.

Sem comentários: