[ Diretor: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano XII

quinta-feira, 21 de setembro de 2017

L'énième retour de la «taxe soda» pour lutter contre l'obésité et le diabète




Économie  »  Conjoncture

Par  Marie-Cécile Renault
21/09/2017



Une hausse de cette taxe sur les boissons sucrées, créée en 2012 sous Nicolas Sarkozy, pourrait aider à financer les retraites des agriculteurs.

Les sodas sont jugés en grande partie responsables de l'épidémie d'obésité infantile.
Monkey Business Images/Monkey Business - stock.adobe.com

Le débat à l'Assemblée sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), présenté le 28 septembre prochain, devrait voir ressurgir la fameuse «taxe soda». Plusieurs parlementaires, emmenés par le député LREM de l'Isère, Olivier Véran, travaillent en effet à une hausse de cette taxe sur les boissons sucrées, créée en 2012 sous Nicolas Sarkozy. Objectif: mieux lutter contre l'obésité, le diabète et les caries, alors que les sodas sont jugés en grande partie responsables de l'épidémie d'obésité infantile. Une manière donc d'incarner la politique de prévention au cœur du projet Macron en matière de santé, qui va se traduire aussi par une hausse du prix du tabac - première cause de cancer évitable - et le renforcement de l'obligation vaccinale. 

Pas gagné 

Selon nos informations, les recettes de la «taxe soda» pourraient être affectées à la Sécurité sociale agricole (MSA) pour financer les retraites des agriculteurs. Mais l'objectif d'Olivier Véran, lui-même neurologue et référent santé En marche! durant la campagne, est bien la protection de la santé publique. Engagé de longue date dans la lutte contre les troubles nutritionnels, il s'est déjà illustré lors des mandatures précédentes par des amendements, contre la dénutrition des mannequins et l'apologie de l'anorexie. Mais la partie n'est pas gagnée. Ce n'est pas la première fois que le relèvement de la «taxe soda» est proposé par amendement, voire voté en commission, sans qu'il franchisse la rampe de la séance. Mais ça, comme le dit la pub, c'était avant…

Sem comentários: