[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

sexta-feira, 6 de outubro de 2017

La France se positionne contre le glyphosate


Économie  »  Conjoncture


Par  Antoine Garbay AFP agence
La France se positionne contre le glyphosate

La France votera contre le prolongement de l'autorisation par l'Union européenne du glyphosate pendant dix ans, a déclaré jeudi le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert.

Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture.
JACQUES DEMARTHON/AFP


Le glyphosate est un herbicide jugé dangereux par les défenseurs de l'environnement et par le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, mais que les agriculteurs veulent pouvoir continuer à utiliser. Il entre notamment dans la composition du Roundup de Monsanto. Selon un sondage réalisé par l'institut YouGov pour Le HuffPost et CNews , 71% des personnes se disent favorable à l'interdiction du glyphosate «pour tous les usages, y compris agricole.» De son coté, le gouvernement a indiqué que «La France votera non, votera contre le renouvellement à dix ans du glyphosate», a déclaré Stéphane Travert ce jeudi sur France 2. Pour être validée, la proposition de la Commission européenne doit recueillir le soutien de 16 des 28 Etats membres, représentant au moins 65% de la population de l'UE. L'Italie, par l'intermédiaire de son ministre de l'Agriculture, Maurizio Martina, s'est récemment également prononcé contre le renouvellement de l'autorisation européenne pour le glyphosate.

Vers un calendrier de sortie rapide du glyphosate

Pour autant, il n'est pas question d'interdire immédiatement l'utilisation de ce produit en France, a précisé Stéphane Travert. «Le Premier ministre m'a chargé, avec mon collègue (...) Nicolas Hulot, de trouver les moyens d'établir un calendrier de sortie de ce produit, le calendrier le plus rapide mais qui devra trouver la bonne trajectoire pour permettre la transition nécessaire, notamment dans les professions agricoles.» Cette trajectoire doit permettre aux agriculteurs de diminuer progressivement l'utilisation de cet herbicide, a fait valoir le ministre de l'Agriculture. C'est la durée de cette transition que le gouvernement français doit encore trancher. «Si on reporte à dix ans et que pendant dix ans on ne fait rien, dans dix ans on sera exactement au même niveau qu'aujourd'hui. Donc, nous devons (...) donner les moyens à la recherche de trouver des produits de substitution», a expliqué le ministre. Fin septembre, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait pourtant annoncé que le Premier ministre avait «arbitré» pour que le désherbant «soit interdit en France d'ici la fin du quinquennat» pour tous les usages, y compris en agriculture, avant de revenir sur ses propos en promettant seulement des «progrès significatifs».

Pas d'intervention du lobby de fabricants

(...)

Sem comentários: