[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 12 de outubro de 2017

Le gouvernement songe à taxer davantage les alcools forts


Économie  »  Consommation

Par  Clémentine Maligorne
Mis à jour
Le gouvernement songe à taxer davantage les alcools forts
Alors que le rapporteur du budget de la Sécurité social travaille sur une hausse de la taxe soda, la ministre de la Santé pourrait opter pour un alourdissement de la fiscalité sur les boissons alcoolisées de plus de 15 degrés.

Les vins et bières ne seraient pas concernés. En revanche, pineaux ou autres muscats pourraient l'être.
Richard VIALERON/Le Figaro

Après le tabac, les alcools forts? D'après Les Échos , le gouvernement réfléchit à taxer davantage les alcools de plus de 15 degrés. Les vins et bières ne seraient pas concernés. En revanche, pineaux ou autres muscats fabriqués en France pourraient l'être, souligne le quotidien. Cet alourdissement de la fiscalité sur les boissons alcoolisées pourrait rapporter à l'État 150 millions d'euros. Une mesure qui pourrait figurer dans le plan de prévention de l'alcoolisme - deuxième cause de mortalité «évitable» après le tabac - qui sera prochainement présenté par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui a fait, pour l'heure, de la lutte contre le tabagisme sa priorité.
 
En France, les boissons alcoolisées font l'objet d'une fiscalité spécifique - les droits indirects (ou droits d'accise) et la cotisation de sécurité sociale - et sont également soumises à la TVA au taux de 20%. En 2016, la Cour des comptes préconisait déjà de taxer davantage la consommation d'alcool, à l'origine de près de 50.000 décès par an. «L'action par les prix et la fiscalité apparaît dans toutes les études récentes comme l'une des mesures les plus efficaces», relevaient les Sages de la rue Cambon, alors que l'alcoolisme a un coût social évalué à 120 milliards d'euros en 2010, d'après une étude de 2015 de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies.

Le retour de la «taxe soda»?

(...)

Sem comentários: