[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

segunda-feira, 23 de outubro de 2017

Le nouveau contrôle technique auto, renforcé et plus cher


LifeStyle  »  Automobile
Par  Sylvain Reisser
Le nouveau contrôle technique auto, renforcé et plus cher
NOUVEAUTÉ - En vertu d'une directive européenne, le contrôle technique évoluera le 20 mai 2018. Cet examen obligatoire va sanctionner plus sévèrement un certain nombre de défaillances et coûter plus cher aux automobilistes.

 Securitest


À compter du 20 mai prochain, l'engorgement des concessionnaires et autres réparateurs automobiles n'est pas exclu. Le groupe SGS, qui détient 32 % du marché des contrôles techniques avec les centres Sécuritest et Auto Sécurité, prévoit un doublement du taux de contre-visite. La raison? L'entrée en vigueur du nouveau contrôle technique automobile issu d'une directive européenne signée en avril 2014. Guidés par une volonté de réduire le nombre de victimes de la route et la pollution automobile, les députés européens ont introduit une nouvelle série de défaillances dites «critiques». Le véhicule contrôlé qui écope d'une ou plusieurs défaillances qualifiées de critiques se verra apposé sur le pare-brise une vignette signifiant l'obligation de contre-visite et n'aura que 24 heures pour effectuer la réparation! Dans la majorité des cas, trouver dans un délai aussi court un professionnel capable d'effectuer la réparation est une illusion. En cas de circulation, le contrevenant s'expose à une amende de 135 euros (minorée à 90 euros si paiement immédiat). De quoi déclencher le courroux des automobilistes. 

Désormais 467 défaillances soumises à contre-visite
 
Avec la nouvelle réglementation, la catégorie des défaillances passe de 2 à 3. Le contrôle va porter sur 606 points: 139 défaillances mineures, 340 défaillances majeures et 127 défaillances critiques. Ce qui change profondément la donne, c'est l'explosion du nombre de défaillances (ne les appelez plus défauts) entraînant une contre-visite. On passe ainsi de 196 défaillances dans le système actuel à 467 avec la réglementation en vigueur le 20 mai prochain. Pour les défaillances majeures, les automobilistes concernés bénéficieront d'un délai de deux mois pour effectuer les réparations et faire valider la correction de la défaillance auprès du centre de contrôle. L'affaire se corse pour les 127 défaillances critiques. Ces anomalies listées par la directive européenne concernent notamment une corrosion excessive ou une déformation importante d'un élément du châssis, une fuite ou l'absence de liquide de frein, usure excessive des plaquettes ou des disques, performances de freinage inférieures à la moitié du résultat attendu, le siège conducteur mal fixé, une détérioration du vitrage affectant la visibilité, jeu excessif dans la direction, fuites excessives de liquides, les portes ne se fermant pas, absence de rétroviseurs, pneu entaillé ou excessivement usé, feux stop ne fonctionnant pas, risque de chute d'un élément d'échappement, pare-chocs, etc..., fissure ou jeu excessif dans les trains.
 
(...)

Sem comentários: