[ Diretor: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano XII

quinta-feira, 2 de novembro de 2017

Conséquence d'une nouvelle taxe, le prix des sodas pourrait augmenter


Économie  »  Consommation

Par  Antoine Garbay
Conséquence d'une nouvelle taxe, le prix des sodas pourrait augmenter
La nouvelle mouture de la taxe soda a pour ambition d'encourager les industriels à baisser le taux de sucre dans leurs boissons sans peser dans le budget des ménages. Pourtant, selon le syndicat Boissons rafraîchissantes de France, la fiscalité des professionnels du secteur va fortement augmenter... et se répercuter sur les consommateurs. 

JOEL SAGET/AFP

Dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 octobre, les députés ont voté, dans un large consensus, une modulation de la «taxe soda». Sous la houlette du député LREM de l'Isère Olivier Véran, rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale ayant rédigé le nouveau texte, les boissons les plus sucrées seront, dès 2019, davantage taxées afin, selon lui, de mieux lutter contre l'obésité. La taxation se déclenchera à partir de 1 gramme de sucre pour 100 ml et progressera jusqu'à une vingtaine d'euros par hectolitre pour un produit dépassant 11 grammes de sucres ajoutés pour 100 ml. La fiscalité des eaux aromatisées sera elle allégée.

Une hausse de 72% de la fiscalité des industriels

Les industriels du secteur, représentés par Boissons rafraîchissantes de France et sa nouvelle directrice générale Agathe Cury, ne voient pas les choses d'un bon œil. Et pour cause, en 2012 deux taxes ont été instaurées, une sur les boissons sucrées de 7,53 euros par hectolitre et une autre d'exactement le même montant sur les boissons édulcorées, les industriels choisissant de réduire le taux de sucre de leurs boissons en rajoutant de l'édulcorant ne payait qu'une des deux taxes, désormais, selon Agathe Cury, «il faudra payer les deux taxes pour une seule et même boisson», celle sur les produits édulcorés sera toutefois réduite à 3,5 euros par hectolitre. Les produits sans sucres et très peu sucrés resteront également taxés. Une triple peine pour les industriels.

(...)

Sem comentários: