[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 2 de novembro de 2017

De nouvelles armes contre le choc septique


Par  Pierre Kaldy
Mis à jour

Une protéine humaine pourrait être transformée en un outil thérapeutique efficace contre cette affection responsable de plus de 5 millions de décès dans le monde chaque année.

 Le choc septique est l’une des premières causes de mortalité à l’hôpital.
 BORIS HORVAT/AFP

Le plus redoutable peut-être lors d’une infection de l’organisme est quand ce dernier ne contrôle plus l’inflammation généralisée provoquée par l’afflux des toxines bactériennes. Ce choc septique devient vite insurmontable et s’avère souvent mortel car il paralyse les organes vitaux. Plus de 5 millions de décès dans le monde lui sont imputés chaque année. Il s’agit de l’une des premières causes de mortalité à l’hôpital, en Europe et aux États-Unis. Pour le contrer, les médecins envisagent le recours à des systèmes de dialyse capables de filtrer le sang des patients et de le débarrasser des toxines issues de la paroi des bactéries. 

Mais une autre parade est également possible, révèlent des chercheurs français. «Nous avons découvert qu’une protéine de l’organisme est justement chargée d’éliminer les toxines bactériennes de type LPS (composant de la membrane externe de la bactérie, NDLR) dans le sang. Elle peut les transférer dans les particules de transport du cholestérol qui retournent au foie, ce qui permet ensuite leur élimination dans la bile», précise Laurent Lagrost, du centre de recherche Lipides, nutrition et cancer (Inserm, université de Bourgogne, AgroSup Dijon).

Lapines transgéniques

(...)

Sem comentários: