[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 2 de novembro de 2017

Le traité de l’ONU sur les multinationales franchit une nouvelle étape






Travailleurs du textile à Dhaka, Bangladesh.
[@EPA/ABIR ABDULLAH]
 En juin 2014 et à l’initiative de l’Équateur et de l’Afrique du Sud, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a créé un groupe de travail intergouvernemental, le GIGT, pour élaborer un instrument international contraignant relatif aux violations des droits humains par les entreprises multinationales.

Depuis, le GIGT s’est réuni en juillet 2015, en octobre 2016 et du 23 au 27 octobre de cette année à Genève, où une première proposition écrite de Traité a été proposée par l’Équateur. Une victoire pour la société civile, représentée en force lors de cette session, car le processus se poursuit malgré le blocage des États du nord.

« Malgré de nombreuses obstructions provenant d’un certain nombre de pays, notamment de l’Union européenne, la session de négociation […] confirme la future rédaction d’un tel Traité international. La France, et l’UE, doivent s’engager pleinement et nous resterons mobilisés en ce sens », ont déclaré plusieurs organisations françaises de la société civile dans un communiqué.

La France, pionnière

En France, une loi a été adoptée en mars dernier sur la vigilance des multinationales. Aussi appelée loi « Rana Plaza », elle fait suite à la catastrophe éponyme du 24 avril 2013, lors de laquelle un immeuble s’est effondré, causant la mort de 1 200 ouvriers travaillant pour des marques textiles occidentales.
(...)

Sem comentários: