[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quinta-feira, 30 de novembro de 2017

Les critiques - et les contradictions - des Français face aux nouvelles formes de commerce



Économie  »  Consommation

Par  Olivia Détroyat
Les critiques - et les contradictions - des Français face aux nouvelles formes de commerce
De plus en plus accros à leur smartphone et séduits par l'e-commerce, 7 Français sur 10 ont pourtant un jugement très critique sur la digitalisation effrénée des magasins, selon une étude OpinionWay pour Dolmen Technologies.

 Selon un sondage réalisé par OpinionWay pour la plate-forme de marketing client Dolmen Technologies, plus de 70% des Français assurent qu'ils ne feraient pas leurs courses dans un magasin sans caissiers et vendeurs. 
62664122/tashka2000 - Fotolia

Le consommateur français n'est décidément pas exempt de contradictions. De plus en plus accros à leur smartphone et après avoir acheté avec frénésie le week-end dernier lors des promotions (souvent en ligne) du Black Friday et du Cyber Monday, les Français se montrent très critiques face à la tendance à la «déshumanisation» du commerce moderne.

Selon un sondage réalisé par OpinionWay pour la plate-forme de marketing client Dolmen Technologies, plus de 70% d'entre eux (71%) assurent qu'ils ne feraient pas leurs courses dans un magasin sans caissiers et vendeurs, et où le paiement pourrait se faire sans contact via smartphone. Une référence sans détour à Amazon Go, le magasin 100% digital, sans vendeurs et sans caisses, testé par le géant américain dans son fief de Seattle.

Rejet majoritaire

Contrairement au discours ambiant sur la mort de l'hypermarché, les Français sont aussi plus d'un sur deux (52%) à dire préférer faire leurs courses en grande surface. «Attention, préférer ne signifie pas toujours faire effectivement, appuie Frédéric Micheau, directeur des études d'opinion chez Opinionway. Notamment sur l'achat direct au producteur, qui obtient la préférence de 19% des sondés». Soit bien au-dessus du poids réel de ce circuit sur le marché alimentaire.

En cause de cette défiance à l'égard du magasin 100% digital, toujours selon l'étude: le manque de confiance dans les technologies utilisées (27%), l'absence de contact humain (51%), ou encore la peur de changer ses habitudes (24%). Certes, la proportion est plus faible chez les plus jeunes (18-24 ans) à 54%, mais le rejet reste majoritaire. Seuls 11% des Français estiment qu'ils y feraient leurs courses pour gagner du temps, et 17% «par curiosité», un motif de fréquentation par nature éphémère.
 
(...)

Sem comentários: