[ Director: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano X

quarta-feira, 29 de novembro de 2017

Manger moins de viande... pour que la filière agricole se porte mieux


Économie  »  Consommation

Par  Mathilde Golla
 

FIGARO DEMAIN - Un rapport du think tank Terra Nova préconise de diviser par deux notre consommation de viande afin de préserver notre santé, la planète, mais aussi, plus surprenant, la filière agricole. Explications.

 Michel Aumercier
 

 Consommer moins de viande pourrait, paradoxalement, être un moyen de soutenir les éleveurs... Terra Nova recommande de diviser par deux notre consommation de viande dans les 20 ou 30 ans à venir pour des raisons environnementales, de santé mais aussi économiques. Il s'agit de manger moins de viande mais de privilégier la qualité, argumente le think tank. Une forme de consommation qui serait favorable au secteur de l'élevage. 

De fait, aujourd'hui les éleveurs français traversent une grave crise économique. La course à l'élevage industriel est un véritable fiasco. Ainsi, dans son rapport, Terra Nova cite le désarroi de nombreux éleveurs qui sont nombreux à ne pouvoir vivre de leur travail. Une situation qui met en lumière les défaillances et dysfonctionnements des chaînes de valeur de ce secteur. «Même si la consommation de viande se réduit en France, à l'échelle mondiale, l'humanité n'a jamais consommé autant de produits carnés, les éleveurs devraient ainsi être dans une situation favorable, or en France le secteur de production industrielle est en crise», souligne Thierry Pouch, président de Terra Nova. Le système de la grande distribution qui capte une partie importante des marges du secteur explique pour partie ces défaillances. Plus globalement, dans un marché très ouvert, les éleveurs ne peuvent être compétitifs. Par exemple, dans la filière porcine, les coûts de production des éleveurs français sont bien supérieurs à ceux de nos voisins européens, sans même évoquer ceux des Brésiliens... Parallèlement, près de 80% du «porc bio» consommé en France, plus cher et plus qualitatif, est aujourd'hui importé.
(...)

Sem comentários: