[ Diretor: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano XII

quarta-feira, 27 de dezembro de 2017

Les dessins animés encourageraient le recours abusif aux médecins


Selon un médecin britannique, l’histoire de Peppa Pig apprend aux enfants à être des patientsexigeants et demandeurs de médicaments.








Dans l’édition de Noël du British Medical Journal , qui réunit des études humoristiques mais dont la méthode est rigoureusement scientifique, le Dr Bell raconte que le médecin du dessin animé offre, a priori, un excellent service à ses patients. À peine appelé par les parents inquiets, le Dr Brown Bear court au chevet des petits malades. Dans certains épisodes, il revient même dans la journée pour s’assurer que leur état ne s’est pas aggravé. Pour le Dr Bell, ce comportement n’est pas celui d’un médecin attentionné. Elle estime que son confrère fictif est un médecin libéral sans scrupule qui se rend au domicile de ses patients sans motif valable pour gagner davantage d’argent. Les visites à domicile - quand les médecins en font encore - coûtent, en effet, plus chers aux malades…

Depuis plusieurs années, le Dr Catherine Bell, médecin généraliste britannique, constate que les patients consultent pour des petits bobos, et sont de plus en plus exigeants. En cause selon elle, Peppa Pig, un dessin animé qui raconte l’histoire d’un petit cochon adorable qui vit avec ses parents et son petit frère en haut d’une colline. Pour la praticienne, les tout-petits n’apprennent pas seulement le langage avec Peppa et ses amis, ils apprennent aussi à devenir des patients difficiles. 
 
Ce médecin d’apparence dévoué et disponible est aussi très prompt à délivrer des médicaments inutiles à sa jeune patientèle. En guise d’arguments, le Dr Catherine Bell raconte qu’une fois, les parents de Peppa ont fait appel au médecin car la petite cochonne se sentait mal et avait des boutons sur tout le corps. Après lui avoir demandé de tirer la langue, le Dr Brown a rassuré la petite en lui disant que «cela ne devrait pas durer longtemps». Mais lorsqu’elle lui demande si elle a besoin de médicament, il lui tend une cuillère de sirop. «Ceci est un bel exemple de prescription de médicaments inutiles pour une maladie virale», râle la professionnelle, qui rappelle qu’en cas d’infection par un virus, comme un rhume par exemple, il faut se reposer à la maison et boire beaucoup. L’appel du médecin est nécessaire si les symptômes persistent plusieurs jours et qu’aucun signe d’amélioration n’est observé.
La généraliste relève toutefois que Peppa Pig diffuse de nombreux messages de santé publique tels que «manger, bouger» et explique l’importance de respecter les règles de sécurité routière. Mais, en parallèle, ce dessin animé retransmis dans 180 pays depuis 10 ans renvoie le portrait faussé d’un médecin généraliste qui «suscite des attentes trop fortes chez les patients et encourage le recours inapproprié aux services de santé».

Avec beaucoup d’humour, la généraliste reconnaît que pour étudier l’influence du dessin animé, la comparaison entre des fans de Peppa Pig et des profanes est nécessaire. Mais elle souligne que «constituer un groupe contrôle (N’ayant jamais vu le dessin animé NDLR) était très difficile dans ce cas précis». Elle indique par ailleurs n’avoir aucun lien ou conflits d’intérêts. En revanche, des personnes mal attentionnées pourraient affirmer que sa fille est sponsorisée par Peppa Pig. «Des affirmations totalement erronées», assure-t-elle.
 

Sem comentários: