por: Fabienne Loiseau
 24/02/2017

Sacs et films plastiques sont interdits dans les commerces et pour les envois presse et publicitaires, mais certains professionnels sont à la traîne.
Un couple remplit un sac plastique de citrons au supermarché
Depuis le 1er janvier dernier, les sacs plastiques à usage unique sont bannis des commerces. Sont désormais seuls autorisés les sacs en papier et les sacs fabriqués avec au moins 30 % de matières biosourcées (par exemple, l’amidon de maïs ou la fécule de pomme de terre) et qui peuvent être compostés dans un compost domestique. La réglementation autorise également les sacs plastique « réutilisables », autrement dit qui ont une épaisseur supérieure à 50 microns.

Même chose pour les films utilisés pour l’envoi de la presse et de la publicité adressée ou non adressée : ils doivent être biodégradables et compostables en compost domestique.
 

Des magasins franchisés pris en faute


Mais près de deux mois après l’entrée en vigueur de cette mesure, on constate des entorses à la réglementation. Un petit tour dans quelques supermarchés à Paris permet de le constater.

Par exemple, dans un Carrefour City du 20e arrondissement, on devait encore en début de semaine emballer ses pommes ou ses carottes dans un sachet en plastique fin. « Il s'agit d'un magasin franchisé. Sachez que le magasin a régularisé sa situation dès que nous l'avons informé de cette anomalie », assure Carrefour.
(...)