[ Diretor: Mário Frota [ Coordenador Editorial: José Carlos Fernandes Pereira [ Fundado em 30-11-1999 [ Edição III [ Ano XII

sexta-feira, 12 de janeiro de 2018

79 % des Français favorables à une loi sur les «fake news»


Économie  »  Médias & Publicité


Par  Enguérand Renault Service Infographie
79 % des Français favorables à une loi sur les «fake news»
INFOGRAPHIE - Le sondage Odoxa, France Info, Le Figaro, Dentsu montre le soutien des Français au projet de loi Macron.

Le 3 janvier, Emmanuel Macron, lors de ses vœux à la presse, a annoncé un projet de loi pour lutter contre les «fake news» en période électorale.
 LUDOVIC MARIN/AFP
L'annonce par Emmanuel Macron, lors de ses vœux à la presse, d'un projet de loi pour lutter contre les «fake news» en période électorale, a déclenché une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux. Cette agitation pouvait faire craindre un rejet massif de l'idée. En effet, sur les 54.300 messages postés en quatre jours, pratiquement la moitié exprimait un rejet clair du contrôle des contenus par l'État. Le spectre de la censure a largement été agité. Mais ces réactions reflétaient davantage le prisme déformant des réseaux sociaux que la réalité de l'opinion publique. Les internautes les plus déterminés avaient obtenu une part de voix très importante dans ce débat. En revanche, l'opinion dans son ensemble est largement d'un avis contraire. C'est l'enseignement majeur du sondage réalisé par Odoxa pour France Info, Le Figaro et Dentsu Consulting.

Selon cette enquête menée sur Internet les 10 et 11 janvier auprès de 1004 personnes représentatives, une écrasante majorité, soit 79 % des personnes interrogées, est favorable à la proposition du chef de l'État. «8 Français sur 10 jugent que c'est là une bonne initiative, car il faut mieux responsabiliser l'information sur les réseaux sociaux et les plateformes Internet. Seule une minorité de Français juge à l'inverse que c'est une mauvaise initiative, car cette loi risque de porter atteinte à la liberté d'expression» explique Gaël Sliman, président d'Odoxa.
Quels que soient l'âge, l'origine sociale ou la tendance politique, pratiquement un tiers des personnes interrogées reconnaît avoir déjà relayé une information fausse à ses proches.
Le sujet des «fake news» est important aux yeux de 71 % des Français, selon le sondage Odoxa. Une opinion partagée par nos concitoyens quel que soit leur bord politique: de la gauche hors du PS (65 %), jusqu'aux sympathisants du FN (59 %). Les proches du PS et ceux de LREM sont encore plus concernés (respectivement 83 % et 87 %). Ce n'est guère surprenant, puisque lors de la dernière campagne présidentielle, aucun candidat n'a été épargné par les «fake news». Jean-Luc Mélenchon a dû affronter une rumeur sur une montre à 18.000 euros, François Fillon a fait l'objet d'un photomontage grossier le présentant aux côtés de Marion Maréchal-Le Pen et, bien entendu, Emmanuel Macron a été la victime de «fake news» sur sa supposée homosexualité et sur le fait qu'il se laverait les mains après avoir serré celles d'un ouvrier.

Un jeune sur deux

Au printemps dernier, les Français se sont retrouvés confrontés à la déferlante des «fake news» qui avaient déjà massivement pollué les élections américaines quelques mois plus tôt. Le phénomène est bien là et il inquiète. Le projet de loi avancé par Emmanuel Macron est donc bien en phase avec cette inquiétude. La position de nos concitoyens est claire. Ils font bien la différence entre les propos racistes et haineux, qui font déjà l'objet d'une législation très stricte, et les «fake news» qui échappent encore à l'arsenal légal.
(...)

Sem comentários: